MES DEFENSES: LUTTER CONTRE LE STRESS OXYDANT

COMMENT LUTTER CONTRE LE STRESS OXYDANT?

Les éléments capables de lutter contre l’excès de stress oxydant sont à la fois directement produits par notre organisme (liés à nos gènes) mais aussi apporter par notre alimentation. Ce qui signifie pour ces derniers qu’ils doivent se trouver en quantité suffisante dans notre alimentation mais aussi être transportés et assimilés correctement.

Il existe deux « types d’armes» principaux de défense du stress oxydant:
– les enzymes et coenzymes
– les piégeurs de radicaux libres

1- Les enzymes et leurs cofacteurs

C’est la première ligne de défense.
La première enzyme se nomme la SOD (SuperOxyde Dismutase). Pour son fonctionnement elle nécessite plusieurs co-facteurs: le manganèse, le cuivre et le zinc.
La deuxième enzyme se nomme la GPX (Glutathion PeroXydase) et a pour co-facteur le sélénium et le glutathion.
Ces deux enzymes peuvent être stimuler par la consommation de brocoli ( sous forme de sulforaphane ) et de curcumine.

2- Les piégeurs de radicaux libres.

Ce sont des substances produites par l’organisme ou apportées par l’alimentation qui permettent de stopper la production de radicaux libres.

Parmi les substances produites par l’organisme on retrouve l’acide urique, la bilirubine, la taurine, le coenzyme Q10 et l’acide lipoïque (en petite quantité par le foie).
Certaines protéines comme la ferritine et la transferrine, protéines de stockage et de transport du fer exerce un effet anti-oxydant indirect en maintenant ce métal dans un état non réactif. Sans ces protéines l’ion ferreux (Fe++) se verrais transformer en ion ferrique (Fe+++) extrêmement réactif.
Cependant, lorsque le température des cellules atteint des valeurs élevées la synthèse protéique est fortement ralentie. A l’exception d’un certain type de protéine les Heat Shock Protéin (protéines du choc thermique). Leur synthèse va augmenter avec l’élévation de la température et plus généralement lorsque la survie de la cellule est menacée. La synthèse de ces protéines sont dépendant de chaque individu en quantité et en délai d’intervention c’est-à-dire qu’il existe des hyposécréteurs et/ou des répondeurs lents.
Certaines algues alimentaires ou plantes dites de la résurrection permettent stimuler leur synthèse.

 

L’acide lipoïque peut être apporté par l’alimentation (levure, viande de boeuf, foie, épinard, brocolis) tout comme d’autres piégeurs:
-la vitamine E, vitamine C,vit B3,caraténoïdes:-béta-carotène et lycopène,lutéine et zéaxanthine ( agissant au niveau des yeux plus gros producteurs de stress oxydant de l’organisme),β-cryptoxanthine.
A noter que les caraténoïdes sont des substances liposolubles ce qui signifie que leur assimilation ne sera possible qu’en présence d’un corps gras!
-les polyphénols qui sont des pigments végétaux. On en compte plus de 4000! Les plus importants sont les flavonoïdes que l’on retrouve dans quasiment tous les fruits et légumes notamment abricot et fruits rouges, les oignons, le vin rouge tanique jeune et le thé vert.
L’important est d’avoir une assiette multi-colorée!

Il est important de noter que la cascade anti-radicalaire se termine grâce à une molécule de glucose (le glucose 6 phosphate) qui permet de stabiliser le dernier élément anti-radicalaire.
L’hypoglycémie peut donc entretenir un stress oxydatif d’où l’intérêt de garder une glycémie dans les normes tout au long de la journée en évitant la consommation d’aliment à charge glycémique élevée engendrant un pic hyperglycémiant suivi d’une hypoglycémie réactionnelle.

Enfin sachez qu’une activité physique modérée et régulière permet de stimuler ses défenses anti-oxydantes.

Il est possible d’identifier nos capacités de défense par des bilans personnalisés afin de déterminer les éléments en déficits et de combler ces déficits par des conseils alimentaires et micronutritionnels spécifiques.

Capture d_écran 2018-04-23 à 22.53.47
Mais attention ! Pas de complémentation sans l’avis d’un professionnel formé car si les carences en vitamines induisent des dysfonctionnements, un excès peut avoir des effets désastreux sur votre santé et induire des pathologies.
 

Article rédigé par Sébastien JEAN

Ostéopathe

D.U nutrition entraînement

Formé en micronutrition et biologie préventive

Vous souhaitez un bilan personnalisé : rendez-vous à notre rubrique E-Consultation

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s